Je suis de Laurent Van Wetter

Poème reprenant les mots « médusé » et « décalé », lu durant le Trophée de l'impro Culture & Diversité. Une initiative de « 10 sur 10, pièces francophones à jouer et à lire »
03_15 Je suis (texte 10 sur 10).png


Vous pouvez vous moquer de moi
J’ai l’habitude, vous savez
Vous pouvez aussi faire semblant de m’ignorer
Mais longtemps, vous n’y arriverez pas
Vous pouvez même tenter de me supprimer
D’autres ont déjà essayé
Ils ont serré leurs poings pour me frapper
Ils ont chargé leurs armes pour m’effrayer
Ils ont aiguisé leurs couteaux pour m’égorger
Ils ont fabriqué des bombes pour m’anéantir
Ils ont fait des procès pour me condamner
Ils m’ont enfermé pour me punir
Pourtant, regardez, je suis toujours là
Et si vous ne me voyez pas, vous me ressentez
Personne ne peut m’empêcher de parler
Je me glisse dans vos rêves la nuit
Le matin, je vous sors de votre lit
La journée, je marche dans vos pas
Je brille dans le regard d’un père ou d’une mère
Je guide la main qui caresse votre joue
J’ouvre grand votre bouche médusée
J’emballe les cadeaux les plus doux
Je provoque des rires décalés
Je danse avec vous dans la lumière
Je suis la toile qui vous relie
Quelle que soit votre couleur de peau
Que vous soyez un garçon ou une fille
Quelle que soit votre religion
Que vous soyez moche ou beau
Je ne fais pas de distinction
Je suis même dans les rayons du soleil
Dans la pluie qui arrose les champs de blé
Dans les racines des arbres qui s’entremêlent
Dans le vent léger qui rafraîchit en été
Dans un vol d’oiseaux qui traversent la mer
Jusque dans le sang qui coule dans vos artères
Je suis partout, vous vous rappelez ?
Comme une vague sans cesse renouvelée
Jamais vous ne parviendrez à m’arrêter
On n’empêche pas la terre de tourner
Ni les étoiles de briller dans le ciel
Comme elles, je suis éternel
Je suis l’amour
Et je serai toujours à tes côtés.